Ces derniers jours, j’ai fais la rencontre avec un petit terrien, ou la rencontre du troisième type en quelque sorte !

Depuis plusieurs année j’essayais de les photographier en vain. Il faut dire que les collemboles ne sont pas facile à voir, ils ne sont pas plus gros que la pointe d’un stylo bille.

Connaissez-vous ces arthropodes qui peuplent par millions nos sous-bois et plus particulièrement leurs litières ?

rencontre du troisième type
rencontre du troisième type

En fait c’est seulement depuis une trentaine d’années que les spécialistes se sont penchés sur ces petites crevettes. On les retrouve un peu partout sur la planète ; sur les glaciers , dans les déserts ou encore dans les forêts tropicales.

Bien que je vous présente dans cet article une seule espèce ( Dicyrtomina ornata) il en existe beaucoup d’autres avec des formes et des couleurs très variées.

petit terrien se promène sur une feuille de chêne
Duo de collemboles

Penchez-vous tout près du sol, retournez délicatement les feuilles, vous allez les voir sauter de partout, mais il faut faire vite car ils n’aiment pas trop la lumière.

Ils jouent un rôle très important dans la décomposition des végétaux. Ils se nourrissent de petits champignons, de pollens de micro algues, de matières organiques, ils participent à la formation de l’humus et à la fertilité des sols.

petits champignons à la surface d’une feuille morte

Leur présence ou absence ainsi que leur diversité d’un milieu est un précieux indicateur de la santé de cet environnement.

ascension d'une montagne givrée.
ascension d’une montagne givrée.
La descente est plus rapide
La descente est plus rapide

Avec ces trois paires de pattes, ils se déplacent assez vite et pour faire la mise au point c’est tout une galère en ce qui me concerne.

De plus si vous vous approcher un peu de trop de lui, il va se servir de son arme secrète; la furca.

La furcula est une petite lame placée sous son abdomen, qu’il peut actionner comme un ressort, il lui permettra en cas de danger de faire un bond spectaculaire ! Comparativement Carl Lewis est un rigolo à côté !!

Il peut donc échapper de cette façon à ses prédateurs que sont principalement les araignées, les carabes, les reptiles et amphibiens ( et oui, ils vont même sur l’eau! ) .

Vue de dos
Vue de dos

J’espère que ce petit article vous aura intéressé autant que moi d’avoir photographié ces petits êtres vivants, qui sont les êtres les plus anciens vivant sur notre planète. Ils étaient déjà présents il y a 400 millions d’années au Dévonien .

On a encore beaucoup apprendre d’eux et on a pas fini de les voir, car ils ont encore beaucoup de travail, et ils continueront certainement de le faire bien après nous !

Toutes ces informations ont été tirées du superbe livre ” Planète collemboles ” de Philippe Lebeaux et de Jérôme Cortet aux éditions Biotope que je vous conseille vivement si vous êtes intéressé par le sujet .